Une trésorerie adaptée : focus

Une payment factory s’intègre au centre du système d’informations de trésorerie de l’entreprise et en est le coeur, le rôle des poumons étant l’apanage du logiciel de gestion de trésorerie (cash management software).

Dans le monde de la trésorerie, la réalisation d’une vente ou de toute autre opération relative à la vente d’un produit engendre une suite d’actions et d’opérations découlant les unes des autres, par exemple :

  • Facturation par l’entreprise
  • Émission d’une traite
  • Escompte de la traite auprès de la banque
  • Au final, facturation des agios par la banque pour cet escompte

C’est l’ensemble de ces processus et opérations qui conditionnent la constitution de la trésorerie.

Calcul de trésorerie

Ce faisant, le calcul de trésorerie doit tenir compte de plusieurs paramètres et d’une succession d’étapes précises pour, in fine, déterminer le BFR (besoin en fond de roulement).

Le fonds de roulement correspond à la différence entre le montant des capitaux permanents (capitaux propres et emprunts) et celui des immobilisations nettes.
Le fonds de roulement est donc positif si les capitaux permanents de l’entreprise suffisent à financer les immobilisations. L’excédent peut alors être affecté aux besoins générés par le cycle d’exploitation de l’entreprise.

L’entreprise a un besoin en fonds de roulement lorsque les crédits obtenus auprès de ses fournisseurs sont insuffisants pour le financement, que les stocks sont élevés et que des crédits consentis aux différents clients.
A l’opposé, l’entreprise dispose de ressources en fonds de roulement (le besoin en fonds de roulement n’est alors plus positif mais négatif).

Détermination de la trésorerie

La définition de la trésorerie passe par le calcul de la différence entre les fonds de roulement et les besoins en fonds de roulement. La trésorerie est qualifiée de positive si et seulement si :

  • les fonds de roulement excédentaires permettent de financer entièrement les besoins en fonds de roulement
  • l’entreprise dispose de ressources assez confortables en fonds de roulement.

En pratique, gérer sa trésorerie, c’est donc d’abord intervenir à chaque étape du processus de sa formation :

  • le financement des immobilisations doit se faire au moyen de capitaux permanents
  • le poids des stocks doit être limité au maximum
  • le poste créances clients doit être dégonflé, en proposant par exemple à vos clients des taux d’escompte attractifs en cas de paiement anticipé
  • la facturation des ventes doit être effectuée dans les délais appropriés
  • une technique de suivi de tous les paiements doit être implémentée, et des relances efficaces des mauvais payeurs effectuées
  • des délais de paiement doivent être négociés auprès des fournisseurs afin de disposer d’une marge de manœuvre supérieure
Trésorerie

Trésorerie

Il en ressort donc qu’il est impératif, pour ne pas dire vital, de procéder à la négociation des services financiers proposés par la banque. Ensuite, il faut en faire bon usage.
La négociation des conditions bancaires est ainsi primordiale et il est important de ne jamais perdre de vue que tout se négocie, même ces dernières. Cependant, cette négociation est délicate à mener à plusieurs titres et les préceptes suivants doivent être strictement suivis :

  • Penser à négocier suivant la période, puisque les taux et les conditions financières générales évoluent en permanence, et les taux soumis à la fluctuation
  • Faire jouer dans la mesure du possible la concurrence entre les établissements financiers

En somme, l’important c’est de conserver l’attractivité de l’entreprise en terme d’image afin de lui permettre de gérer sa trésorerie et ses flux de trésorerie, et d’attirer des investisseurs, tout en demeurant en capacité de négocier avec ses fournisseurs et avec la banque.

About the Author: pfmaster

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *